Mots-clés

, , ,

 

Quelques informations éparses, parcellaires, sur les arrivées d’exilés à Lesbos, ile grecque proche des côtes turques : 40 personnes le 28 février, 37 le 1er mars, 43 le 2 mars ; 110 personnes le 7 mars ; 80 personnes les 18 et 19 mars…

Une partie d’entre elles sont emmenées au nouveau centre de rétention près du village de Moria. Il remplace depuis l’an dernier l’ancien centre de Pagani, où les conditions étaient particulièrement indignes, fermé en 2009 suite à une longue lutte qui avait réuni des exilés, des militants internationaux et des habitants de l’ile.

Quand le centre de rétention est plein, les nouveaux venus sont laissés à la rue sans aucun soutien des autorités. Pour quitter l’ile, pour acheter un ticket de bateau, il doivent être enregistrés par la police et porteurs d’un ordre de quitter le territoire grec dans un délais d’un mois – le paradoxe bureaucratique est que pour voyager en Grèce ils aient besoin d’un document leur enjoignant de quitter le pays.

http://goo.gl/maps/6Kgco

Un blog tient la chronique des exilés à Lesbos : http://lesvos.w2eu.net/

Un groupe de militants et d’exilés qui ont participé à la lutte de 2009 sont retournés à Lesbos en octobre dernier. Ils ont publié une brochure en allemand, anglais et grec sur cette expérience, qu’on peut trouver ici : http://lesvos.w2eu.net/files/2014/02/Lesvos2013-Screen-DS.pdf

 

Publicités