Étiquettes

, , , ,

Sur l’ile de Lesbos, le centre d’accueil des mineurs isolés étrangers a fermé faute de crédits. Par contre, un centre de rétention, comprenant accueil et identification et une partie rétention avant l’expulsion, a été construit et ouvert grâce des financements européens. Les mineurs y sont enfermés en attendant une place dans un centre d’accueil pour mineurs ailleurs en Grèce. L’un d’eux, âgé de 17 ans, s’est mutilé pour protester contre son enfermement.

http://infomobile.w2eu.net/2014/07/18/17-year-old-afghan-self-injured-himself-to-protest-detention-in-lesvos/

Et le communiqué de rpesse de Welcome to Europe et du Village de tous ensemble (Lesbos) :

http://lesvos.w2eu.net/2014/07/21/press-release-unaccompanied-minor-severely-self-injured-himself-in-moria-first-reception-detention-centre-in-lesvos/

 » Communiqué de presse : un mineur se mutile lui-même au centre de rétention de « premier accueil » de Moria, sur l’ile de Lesbos.
Lesbos, le 21/07/2014

Le 17/07/2014 un Afghan âgé de 17 ans, qui était détenu à Moria depuis de nombreux jours en attendant son transfert dans un centre accueil spécial pour les mineurs s’est tailladé le bras dans un acte de désespoir et de protestation parce qu’il ne pouvait plus rester enfermé depuis des jours et dans de telles conditions. Il a été transféré au service psychiatrique de l’hôpital local.

Il y a en Grèce 10 centres d’accueil pour les mineurs non-accompagnés avec environ 330 places au total, qui doivent couvrir les besoins de plusieurs milliers de jeunes. Dans le temps où un grand nombre de places d’accueil manquent de nombreux mineurs craignent une longue détention dans les centres de rétention appelés « centres de premier accueil » s’ils se font enregistrer avec leur vrai âge, et se font enregistrer comme adultes. En toile fond : les mineurs isolés qui arrivent dans les centres de premier accueil doivent passer plusieurs examens médicaux, puis attendent une place dans un des centres d’accueil surpeuplés pour être libérés. La durée de détention peut varier d’un à plusieurs mois en fonction du surpeuplement des établissements d’accueil.

Par conséquent des centaines de mineurs non-accompagnés se font enregistrer comme adultes. Ils sont transférés dans des centres pré-expulsion sur le continent, comme Amigdaleza, Corinthe, Komotini, Xanthi, Fylakio ou Drama / Perenesti, où il n’existe pas de soutien juridique. Quand ils réalisent qu’ils sont confrontés à 18 mois de rétention ou plus en raison de leur changement d’âge, tous cherchent un moyen de prouver qu’ils sont mineurs.

De toute manière, si l’évaluation de l’âge a eu lieu dans le centre de premier accueil il est improbable voire impossible (sans l’aide d’un avocat) que les autorités donnent leur accord à une seconde évaluation de l’âge. Les procédures d’évaluation de l’âge ont été récemment définie par un décret ministériel pour les centres de premier accueil, mais pas pour les centres de pré-expulsion. Par conséquent la procédure varie selon les endroits, et plus que cela les moyens e les méthodes employés sont hautement questionnables. Pour cette raison parmi d’autres de nombreux mineurs non-accompagnés vont jusqu’au bout des 18 mois de rétention.

Nous demandons dans l’immédiat la création de suffisamment de centres d’accueil spéciaux pour les mineurs non-accompagnés. Dans ce cadre, le centre d’accueil de mineurs non-accompagnés d’Agiassos, sur l’ile de Lesbos, qui a été fermé plus tôt cette année malgré des besoins énormes, devrait être ré-ouvert avec les financements nécessaires à son fonctionnement.

Et nous demandons la libération immédiate de tous les mineurs non-accompagnés dans les centres de rétention de premier accueil, les centres pré-expulsion ou toute autre forme de détention. Comme prévu par les Lignes directrices pour les politiques et les procédures en relation avec les mineurs non-accompagnés demandant l’asile du HCR (1997) : « le bénéfice du doute devrait être donné à l’enfant si son âge exact est incertain » et « le principe le plus important guidant toute action de protection est le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Village de tous ensemble
Welcome to Europe  »

 

 

 

Publicités