Étiquettes

, , ,

Engagée dans le soutien aux exilé-e-s à Calais, Céline Barré est allée à leur rencontre sur la route des Balkans. Elle tient une chronique de ses observations. Elle nous a autorisé à la publier. Témoignages du visage que l’Europe présente à ceux et celles qui tentent de se chercher un avenir sur son sol.

 

Lesbos – 8 septembre

https://goo.gl/maps/j9HjMFESLC42

Arrivés à Lesvos, île grecque proche de la Turquie où 16 000 réfugiés sont actuellement bloqués, en attente d’un laisser passer pour Athènes. Atmosphère étouffante et spectacle insoutenable de femmes enceintes, de gosses, de personnes âgées fatiguées et livides. Le mot est passé : la France accueillera 24 000 personnes, l’Allemagne plus de 30 000… alors sur cette île, le stress monte; il faut quitter le plus rapidement l’île pour faire parti de ce quota. Il faut que la famille restée en Syrie nous rejoigne le plus vite possible, pour faire parti du quota. Ces gens-là sont bloqués ici pour le moment. Lorsqu’on leur montre la carte de l’Europe qui nous a servie à « voyager », la peur et la fatigue se montrent lorsqu’ils découvrent qu’il leur faudra marcher plus de 2400 km pour rejoindre l’Allemagne, 2917 km pour rejoindre Paris. Mais pressons… il faut faire parti du quota. Un gamin de 13 ans me demande d’où je viens: « Lille? Ah oui l’équipe de foot est bonne là bas! » Dans sa même phrase, il me demande comment ça marche pour les papiers, pour les empreintes prises de force: « ils prennent les empreintes des enfants aussi ? »

 

Publicités