Étiquettes

, , ,

En 1999, pendant la guerre du Kosovo, de nombreux réfugiés sont partis vers l’Allemagne. Dix ans après, le conflit étant terminé, celle-ci les a massivement expulsés vers le Kosovo devenu indépendant ou vers la Serbie. Malgré dix ans passés au loin, des enfants nés en Allemagne, ne parlant parfois ni l’albanais ni le serbe mais l’allemand. Malgré le marasme économique dans lequel se trouve le Kosovo.

Peut-être du fait de cette expérience, les kosovar-e-s semblent choisir aujourd’hui la France comme pays de destination. Leur émigration est liée au discours sur les prétendus « faux demandeurs d’asile ». Question complexe, la France a retiré le Kosovo de la liste des pays d’origine sûrs, reconnaissant la réalité des dangers que des personnes peuvent y courir. Mais les portes de l’immigration dans l’Union européenne étant si fermées que l’asile est souvent la seule option accessible.

Pourtant aussi bien ceux et celles qui partent en ont besoin pour se construire un avenir que l’économie du Kosovo qui dépend en partie des apports de la diaspora. L’ouverture des frontières européennes favoriserait à travers l’émigration le développement des économies des Balkans occidentaux et les rapprocherait de l’Union européenne.

En français sur le site du Courrier des Balkans :

http://balkans.courriers.info/article26106.html

 

Publicités