Étiquettes

, , ,

Les centres de rétention grecs sont généralement abordés sous l’angle des violations des droits et des conditions d’accueil indignes. Une étude du centre de rétention d’Amygdaleza porte sur l’efficience économique. Elle met en regard les dépenses d’investissement et de fonctionnement avec le fait que les équipements ne satisfont pas aux normes minimales édictées par le Comité de Prévention de la Torture des Nations Unies, ou que sur les deux premières années de fonctionnement du centre, seuls 27,9 % sont renvoyés dans leur pays, 28,5 % n’ont pas à être là parce qu’ils ont demandé l’asile et ne peuvent pas être renvoyés, et 48,6 % ne sont pas renvoyés.

Le rapport (en anglais) peut être téléchargé ici.